Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 23:41

Après le TGC l'année dernière (Tour de la Grande Casse), toujours au

départ de Pralognan, je voulais faire ce trail qui est considéré pour une

grande majorité de trailers comme étant l'un des plus beaux...de France

 

Arrivés la veille sous une météo plus qu'incertaine, nos craintes sur un "raccourcissement" du parcours se confirment lors du traditionnel briefing, ce sera un TGV de 60 km annoncés au lieu des 73 km habituels (je ne trouverai "que" 58 km à l'arrivée..). La faute à cette météo incertaine et au nom de la sacro sainte sécurité ! Je ne blâme pas les organisateurs, bien au contraire, mais il est toujours frustrant de ne pas faire ce qu'il était prévu.

Dimanche matin, 4h30 sur la place de Parlognan, déjà pas mal de monde...après enregistrement de ma participation, je me dirige sous le stand de Photogone, photographe officiel de la course (je vous encourage à aller faire un tour sur son site, les photos de cette course mais également de bien d'autres sont sublimes, surtout au lac des vaches !) car la pluie fait son apparition ! Déjà ! La météo avait prévu une dégradation seulement dans l'après midi ...

5h07' départ, enfin ! L'impatience commençait à monter dans les rangs, tout le monde pense aux barrières horaires ! Pas de panique, celles-ci seront décalées d'autant de minutes après l'horaire officiel de départ...

Je suis dans le ventre mou du peloton mais je ne veux pas me griller, la course est longue même avec 12 bornes de moins à effectuer. La montée au 1° refuge via le célèbre lac des vaches se fait   à la lueur des frontales même si nous aurions pu nous en passer...Toujours aussi dantesque ce passage au lac des vaches, on marche sur l'eau !! J'apprécie d'autant mieux ce passage "de pas Japonais au milieu d'un lac" que je le traverse au départ de la course, l'année dernière c'était à la fin du TGC et on en a tellement plein les pattes qu'on ne pense qu'à une seule chose : voir la ligne d'arrivée !! Ravito très light au refuge, j'enfile un coupe vent car il souffle là haut et je sais que nous avons un long plateau à traverser avant de basculer vers l'autre versant des glaciers via le blockhauss. Un petit crachin vient cingler nos visages et avec le vent c'est plutôt désagréable, heureusement, on déroule sur le plateau, pente descendante oblige !

La masse des coureurs s'étire, nous sommes désormais que des petits groupes de 5 ou 6 , je n'ai abolument aucune idée de ma position jusqu'au 2° ravito et après 21 km  de course : 54° je crois, pas si mal que ça sur 500 coureurs !

Nous enchainons les petits cols, le temps s'arrange, avec le jour qui s'est levé, on aperçoit les sommets environnants et les fameux glaciers de la Vanoise dévoilent leur beauté entre nuages et rayons de soleil, c'est magnifique ! Et puis des névés à traverser, il y en pas mal finalement, le neige est tombée assez tard cette année, difficile de s'entrainer au delà de 2200 m avant ce trail !

Toujours sur un bon rythme, je me surprends à doubler quelques coureurs sans trop accélérer pourtant...le 3 ° ravito arrive, je suis encore bien, je mange des tucs salés et je bois du coca, je ne pensais pas faire ça un jour sur une course !! Envie de salé, forcément avec les gels sucrés qui passent moins après  4h de course...

Nous nous approchons progressivement de la dernière difficulté de ce trail, le col d'Aussois, je commence à fatiguer, je sais que ce dernier col qui culmine à 2920 m va faire mal...je ne veux pas revivre ce que j'ai vécu l'année dernière sur le TGC où j'ai craqué dans le dernier col ! Pensés positives, gel "coup de fouet", hydratation, l'ascension est longue mais je suis surpris de voir que mon corps réagit bien à cette interminable montée, pas de crampe en vue, le moral est là bref j'arrive au sommet où un vent d'enfer nous cueille "à chaud" ! Vite le coupe vent pour ne pas prendre froid, la descente risque d'être agitée, moi qui descend très mal ! Nous étions également prévenus, il y aura de la neige sur ce versant de descente et bien on a été servis !!! Des névés interminables avec une pente et des devers impressionnants, impossible de ne pas glisser ... et ce ne sont pas les cordes installées sur certaines portions jugées à risque qui m'auront aidé.. même si je rends un hommage appuyé aux bénévoles en charge de la sécurité des coureurs plantés tout en haut du col sous un vent très violent et une température polaire !

Entre glissades plus ou moins controlées, j'arrive sur un  terrain moins hostile avec la fin de ces foutus névés (et oui, à la fin on en a marre !), je quitte le coupe vent car il fait forcément moins froid au fur et à mesure de la descente. Il n'empêche, la descente est interminable, les genoux commencent à flageoler, les douleurs articulaires se font bien sentir mais mes entrainements hebdos en montagne payent, pas une seule crampe et je double encore des coureurs qui accusent le coup...

Dernier ravito avant le refuge du Roc de la pêche et la vallé des Prioux avant l'arrivée à Pralognan, je termine en trombe même si je trouve long cette dernière descente sur Pralo...la ligne d'arrivée, je suis aux anges, Pascal de Photogone me tape dans la main en m'ayant au préalable mitraillé avec son objectif ! Cerise sur le gateau, ma petite femme est sur la ligne également, tout aussi émue que moi de me voir arriver en "bon état", ce qui n'a pas toujours été le cas par le passé...

Etirements, douche puis retour au" camp de base" au je me restaure un peu avant de me poser pour une micro sieste. Retour sur la place, les arrivées se poursuivent, je trouve finalement mon classement : 30° scratch et 6° V1 ! Super heureux bien sûr même si je n'ai pas fait les 73 km espérés pour être un "vrai" finisher du TGV...place à la récup maintenant !

Nota : pas de photos désolé mais  le site de Photogone est vraiment recommandé pour en prendre plein les yeux...

Thierry

Partager cet article

Repost 0
Published by thierryclavel
commenter cet article

commentaires