Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 21:52

Epilogue de 2 mois de préparation, le marathon des Alpes Maritimes est mon 16° marathon, dont le départ est donné sur la promenade des anglais à Nice et l'arrivée jugée sur la croisette à Cannes...Déjà couru en 2008 lors de sa toute première édition, je voulais revenir et partager avec mes potes du club ces paysages sublimes d'un marathon qui se court pratiquement de bout en bout au bord de la mer...

 

Samedi 19 novembre, départ 7h30 de Bourgoin en car, nous sommes environ 35 à faire le déplacement dont 20 coureurs engagés sur le marathon et 6 pour faire le relais, tous membre du CSBJ Athlétisme et coureurs "hors stade".

Arrivés à Nice vers 15h, nous passons récupérer nos dossards puis après quelques photos vers la promenade des anglais, direction Cannes où notre hotel avait été retenu non loin de la gare et de la Croisette (merci Cathy...)

 

 

groupe CSBJ nice 021 - Copie

                                                                Le groupe sur la Promenade des anglais à Nice

 

 

 Je n'ai pas couru depuis mercredi, j'ai besoin de me dégourdir les jambes avant demain, je décide donc de faire un petit footing sur la croisette avant d'aller manger un bon plat de pâtes ce soir...il ne fait pas froid mais le vent est bien présent en ce début de soirée, pourvu qu'il ne soit pas trop fort demain !

Retour à l'hotel, une douche et nous voilà tous réunis dans une "pizzéria/spaghetéria" où nous mangeons une bonne quantité (et qualité) de pâtes, carburant essentiel pour nos efforts à venir...Sauce et assaisonnement un peu trop prononcé, ce qui aura des répercussions pendant le marathon...

Après les derniers préparatifs, au lit pour une nuit très courte, entrecoupée par de nombreux réveils, classique la veille d'un marathon (pour moi en tout cas).

Debout 5h15, je mange péniblement le 1/2 gateau énergétique (digestion bloquée) puis nous retrouvons tous pour prendre le train de 6h10 à Cannes, direction Nice.

Le temps de poser les sacs à la consigne, de voir un superbe lever de soleil sur la mer pendant l'échauffement et me voilà positionné dans le sas des 3h faute d'avoir pu obtenir un dossard préférentiel, n'ayant pas fait de marathon en 2010 et 2011...Tout le gratin des coureurs est ici, championnat de France de marathon oblige ! Départ à 8h, je suis un peu englué dans un peloton compact, le premier kilo me prendra 4'05 au lieu des 3'50 que je me suis fixé pour faire 2h42 au final.

Je sais que ce n'est pas grave car le premier semi est hyper roulant, j'aurai largement le temps de combler ce léger retard mais attention à l'euphorie car la 2° partie est nettement plus difficile ! Je passe les 10 km en 38'12 (8" d'avance par rapport à mon temps théorique), je profite des paysages magnifiques du bord de mer avec un soleil omniprésent, je ressens cependant une douleur abdominale qui s'amplifie au fil des kilomètres...Ce que je craignais se confirme (maudite sauce !), je dois impérativement m'arréter pour "évacuer" et faire disparaitre cette douleur qui me tort le ventre maintenant ! 19° kilomètre, je décide de le faire, j'en profite pour remonter mon booster et me voilà reparti, j'ai perdu 1 minute mais ma douleur a disparu, quel bonheur !

Passage au semi en 1h21'19, j'ai pris du retard mais rien de grave, je continue sur mon rythme, je sais que le plus difficile est à venir...Je profite encore du paysage mais voilà que les premières bosses se profilent, le Cap d'antibes approche et le 28° kilomètre m'oblige a ralentir l'allure pour "grimper" la côte !! je n'ose même pas regarder le temps que j'ai mis au kilo...Le Cap d'Antibes me permet de profiter des Alpes du Sud enneigées surplombant Nice, le pracours valloné et le vent qui souffle me rappelle à l'ordre, d'autant plus que les jambes commencent à être lourdes ! Le 30° kilomètre passé en 1h55'42, j'ai 42" de retard sur mes prévisions, je sais que c'est maintenant que la course commence vraiment, une course contre soi même, la difficulté psychologique venant s'ajouter à la souffrance physique.

Au 34° kilomètre, Gérard m'attend pour faire un bout de course avec moi, nous avions fait quelques courses ensemble où on s'étaient "tirés la bourre" , notamment au marathon d'Annecy en 2009, il m'encourage et on discute de ses potes qui sont devant et d'autres qui arrivent , me prend même en photo (!! trop fort Gégé !!), il me laisse en haut de la côte du 36° kilo. En courreur expérimenté, il avait bien choisi l'emplacement pour nous aider, merci Gérard !!!

Ses encouragements ont payé, me voici "reparti" pour les 6 derniers kilomètres, je me sens de mieux en mieux même si mes muscles se raidissent, je termine à 3'45 de moyenne au kilo (16km/h), je double pas mal de coureurs et c'est vraiment bon pour le moral !

J'arrive au 40° kilomètre où j'aperçois ma femme Isabelle avec sa copine Christine qui m'encouragent, petite photo au passage et je poursuis ma remontée sur d'autres coureurs qui ont bien du mal à terminer...

 

Au-40--kilometre.JPG

 

 

Je passe sur la ligne d'arrivée en 2h42'28", je suis super content de mon temps mais aussi de ma fin de course...Au classement, je suis 80°/7093 scratch et 23°V1H.

 

Je dédie ce marathon à Dominique, mon pote de jeunesse qui a disparu la semaine dernière, emporté par un cancer à seulement 43 ans...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thierryclavel
commenter cet article

commentaires