Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 07:01

Le week-end était annoncé pluvio-orageux mais qu’importe, l’inscription était prise depuis plusieurs mois et le bonheur de courir un semi-marathon était tel, après plusieurs mois d’arrêt de course à pied suite opération du ménisque, qu’il aurait vraiment fallu un déluge pour que j’y renonce…Et le déluge eut bien lieu…Et j’avoue que l’idée de ne pas prendre le départ m’a effleuré un instant avant de me présenter sur la ligne tellement le temps était pourri !

Les occasions avaient pourtant été nombreuses pour ne pas le faire ce semi-marathon, déjà la veille où nous avions été invités à un départ en retraite d’un copain de course du club, Sergio, avec lequel nous avions fait le marathon de New-York en 2005…Mais je me devais de participer à la petite fiesta qu’il avait eu la « bonne idée » de caler la veille du semi ! Bon, pas d’alcool, diner avec retenue malgré un buffet alléchant, surtout lorsque les mignardises et autres desserts ont fait leur apparition puis dodo vers 1h du matin…Au réveil vers 9h, je me connecte sur le site du marathon d’Annecy, mon fils Quentin, a pris le départ de son premier Marathon depuis ½ h (départ donné à 8h30) et je souhaite savoir où il en est grâce au suivi personnalisé de chaque coureur…sauf qu’il faudra que j’attende son passage au semi pour avoir un temps ! Nous souhaitons le voir arriver donc nous partons vers 10h sachant qu’il nous faut 1 h pour arriver à Annecy et qu’il devrait terminer vers 11h30 (objectif avoué 3h pour Quentin…). Le temps est effectivement maussade mais pas de pluie en arrivant à Annecy, nous prenons le parapluie et nous nous positionnons à 500m de l’arrivée, la pelouse du parc du Paquier est gorgée d’eau, on aurait dû prendre des bottes ! Quentin a passé le semi en 1h29’ (nous dit l’application du site) mais nous avons aussi « radio ma fille Jessica » qui nous tient informés, elle est venue supporter son frère avec une de ses copines Chloé et elle le suit sur différents points de passage du parcours, en attendant de courir elle aussi, mais cet après-midi pour son premier semi-marathon (Que de premières !). Quentin est sur ses bases de 3h et il passe finalement devant nous à 11h29, je me dis que c’est mort pour passer au-dessous des 3h, barrière temps sacrément difficile à passer pour une grande majorité de coureurs !

Quentin à 500 m de l'arrivée de son PREMIER Marathon

Quentin à 500 m de l'arrivée de son PREMIER Marathon

Il termine finalement en 2h59’ et quelques secondes, le départ de la course avait été donné avec un peu de retard et comme je m’étais calé sur un départ à 8h30 pile, il était passé devant nous à 2h57 de course (et non 2h59 comme je le pensais). Le temps s’est dégradé depuis son arrivée, nous décidons d’aller manger à l’abri de la pluie avec ma fille, nous nous refugions dans le centre de Bonlieu et après de multiples péripéties pour retrouver Quentin après son arrivée (qu’il serait trop long de détailler !), nous allons chercher nos dossards avec Jessica, il est 13h45 et le départ est à…14h30 ! Ils avaient tour plié dans le gymnase (parfumé à l’odeur de tome de Savoie pour l’occasion !) et il a fallu beaucoup de patience pour nous faire remettre nos dossards, nous aurions dû les retirer avant 13h30…Top départ, je suis sur la ligne (avec les kényans !), j’avais pu avoir un dossard élite grâce à un temps inférieur à 1h20 de l’année précédente sur le semi de Feurs et c’est en trombe que je m’élance avec 3700 coureurs prêts à en découdre avec eux-mêmes…et les éléments déchainés ! Car la pluie s’est invitée au départ et elle ne nous quittera plus jusqu’à l’arrivée et bien au-delà d’ailleurs, un vrai déluge ! Et avec la pluie le vent, l’ennemi du coureur, que nous avons de face sur la première partie, je décide donc de me caler avec un groupe pour ne pas trop subir seul les bourrasques de vent et de pluie, synonymes de fatigue prématurée et préjudiciable.

Passage dans le parc du Paquier, magnifique, même sous la pluie !

Passage dans le parc du Paquier, magnifique, même sous la pluie !

Le tempo est un peu élevé, j’avais décidé de courir à 3’40/3’45 au kilo (pour objectif final entre 1h18 et 1h19) et nous sommes sur les bases de 3’30 sur les 5 premiers kilomètres, je vais devoir ralentir car je sais pertinemment que je ne peux plus tenir cette allure désormais sur semi-marathon…Heureusement, un coureur ralentit également à partir du 5°kilo et nous faisons les 12 premiers kilomètres ensemble, je passe le 10° kilomètre en 36’25 (3’38/km) et à l’endroit où nous faisons demi-tour pour revenir sur Annecy, je commence à fatiguer et à payer mon départ trop rapide…Heureusement que nous avons le vent dans le dos désormais mais les jambes deviennent lourdes et je me fais décrocher par mon compagnon de course…Je m’accroche tout de même et je crois Jessica qui elle aussi à l’air de souffrir de ces conditions « dantesques », pas de chance pour son premier semi ! On s’encourage et puis il faut poursuivre et essayer de garder le rythme mais les kilomètres se font désormais en 3’50 voir plus pour certains, sensation terrible d’être impuissant à garder le rythme initial prévu…Je sais que ce sera difficile d’atteindre mon objectif surtout que je me fais dépasser par quelques groupes de coureurs que je regarde me distancer, incapable de les suivre, je déteste cela mais c’est la dure réalité de la course à pied…L’arrivée est proche, encore quelques virages avant de passer cette ligne d’arrivée que l’on aperçoit au loin mais qui parait inaccessible tant il faut « serpenter » avant de l’atteindre, heureusement que les spectateurs sont en nombre pour nous encourager, ceci malgré une pluie battante !

Passage sur les quais avant l'arrivée....Interminable !

Passage sur les quais avant l'arrivée....Interminable !

Dernier virage, lorsque je foule le tapis rouge à environ 100m de l’arrivée, j’aperçois le 1h18 mais je ne vois pas le détail des secondes qui est masqué par un drapeau, je me dis que c’est finalement jouable pour mon objectif initial alors j’accélère encore en donnant tout ce qu’il me reste ! Je passe sur la ligne en 1h19’03 (68°/3679 scratch et 3° VH2 !), presque déçu de ce temps alors qu’il paraissait bien compromis quelques kilomètres auparavant…Je n’ai qu’une seule idée en arrivant, me mettre au sec et me changer au plus vite ! Après l’arrivée, j’ai la très bonne surprise de voir Mag et son copain Stéphane qui sont venus nous encourager malgré ces conditions météo médiocres, je les remercie vivement pour cet « acte de bravoure » ! J’ai juste le temps de me changer pour revenir encourager ma fille Jessica qui bouclera son premier semi-marathon en 2h12’ !

Jessica pour son PREMIER Semi-Marathon

Jessica pour son PREMIER Semi-Marathon

Bravo à toute la famille, d’autant plus que Quentin termine 2° de sa catégorie (Espoir) et que je termine également sur le podium vétéran 2, (ou plutôt « Master 2 », nouvelle appellation désormais) en 3° position, inespéré au vu de ma course ! Les attentes pour ces podiums furent d’ailleurs interminables sous les parapluies, à l’abri des trombes d’eau qui sont tombées également après la course, dommage que cette météo pourrie soit venue ternir cette manifestation qui a cependant souvent été épargnée par le mauvais temps, raté pour cette année !

Quentin 2° Espoir  et Thierry 3° Master 2
Quentin 2° Espoir  et Thierry 3° Master 2

Quentin 2° Espoir et Thierry 3° Master 2

Coupes et lots récupérés après les différents podiums, nous repartons d’Annecy toujours sous la pluie et bien humides, pressés de retrouver notre petit confort et bien au chaud après ce dimanche très agité !

Place à la récupération avant le début de la saison de trail...

Partager cet article

Repost 0
Published by thierryclavel
commenter cet article

commentaires